La galerie anne barrault est heureuse de proposer la première exposition personnelle de Stéphanie Saadé en France.
Originaire du Liban, Stéphanie Saadé est née en 1983 pendant la guerre civile. Elle occupe aujourd’hui une place sur la nouvelle scène contemporaine libanaise. Son oeuvre se nourrit de ses séjours au Liban, comme en Chine, en passant par la France et les Pays-Bas.


La force des oeuvres de Stéphanie Saadé est d’être à la fois conceptuelle et sensible. Cela tient notamment d’un souci d’économie de moyens au profit d’une richesse de sens.
Impossible Love composé de deux fils, l’un partant du sol, l’autre du plafond et se rejoignant en leur centre forme une installation minimale Ce qui est mis en valeur au-delà des moyens employés, c’est la perception de la rencontre entre ce qui s’extrait du sol et ce qui descend du haut, rencontre rare et difficile rendue possible par l’artiste.
Au travers de Golden Memories, c’est une autre rencontre impossible qui s’opère où le passé devient le miroir du présent. Le souvenir devenu or vient capter le présent de manière inquiétante. L’immuable et le transitoire peuvent se rencontrer tel que dans Opposite Chain où le fer voué à disparaître et l’acier inoxydable forment une même chaîne.

Cette tension traverse l’oeuvre de Stéphanie Saadé. C’est ainsi qu’elle a intitulé son exposition En dormance, état particulier où la vie attend de commencer.

EN DORMANCE

« Qu’est­ce que la matière?
Durera-t-elle toujours? »

Évangile de Marie, Myriam de Magdala

Les graines germent dans le noir, le noir correspond à la nuit, et la nuit au rêve.

Au lieu de vendre sa vache pour dix pièces d’argent, Jacques l’échange contre un haricot. Le lendemain, comme dans un rêve, pendant que Jacques dormait, le haricot a poussé jusqu’au ciel. Autrefois, on échangeait un diamant pour une graine de caroube : au poids et à la taille infailliblement réguliers, la graine équivalait à un carat. Dormance, dormir, coucher, couché. Enterrée comme les morts, dont les pieds et la tête touchent le sol, sous la terre, la graine trace lentement le chemin du Pays Horizontal au Pays Vertical. Jacob eut un songe, « et voici, une échelle était appuyée sur la terre, et son sommet touchait au ciel ».

La Dormance désigne une forme de vie ralentie. L’activité est réduite au minimum, et l’organisme conserve son énergie plus longtemps. L’entrée en dormance se fait en réponse à des conditions extérieures hostiles : diminution des ressources alimentaires, températures très élevées ou très basses, etc. Stratégie de survie, tactique discrète et silencieuse, elle permet de résister. Faire le mort, parfois pendant des années. Que se passe-­t-­il à l’intérieur ?
Les Dormants puisent dans leurs propres réserves. Qu’est-­ce qui peut être produit dans ces conditions ?

En Dormance, le temps s’écoule différemment. Il coule dorénavant plus lentement à l’intérieur qu’à l’extérieur. Quel instant faire durer ? Quel souvenir ? Le moment avant de naître, avant de grandir, peut être prolongé, peut-­être à l’infini. Rester plus longtemps dans un passé, ou s’extraire du temps pour devenir immortel.

Dans l’espace confiné de la graine ont lieu introspection et recentrement. Comment se tenir debout au centre du monde, et porter le monde autour de soi ? L’univers est « une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part. », affirme-­t-­on, de l’Antiquité jusqu’aujourd’hui. Du centre du paradis jaillit la fontaine de Jouvence. De cette source partent quatre fleuves, qui coulent en direction des quatre points cardinaux.

Après la dormance, l’eau coule sur la graine et la réveille. Automne, Hiver, Printemps, Été, la graine prend le risque de mourir et réintègre les cycles du jour, de la nuit, et de la lune.

Stéphanie Saadé, juillet 2015

Impossible Love, 2014
fil, peinture, taille variable

En Dormance

17 octobre - 21 novembre 2015

Golden Memories, 2015
ancienne photographie, feuille d’or, 10x15cm

vue de l'expositon "En Dormance" de Stéphanie Saadé
galerie anne barrault