œuvres
livres
biographie
TNT en Amérique 
exposition 2006
exposition 2009
exposition 2013
exposition 2017
exposition Gerner & Yokoyama 2018
12 septembre - 31 octobre 2009
panoramica

 Pour sa deuxième exposition personnelle à la galerie anne barrault, Jochen Gerner présente un ensemble d’oeuvres inédit, dont les quatre éléments, la terre, l’air, l’eau et le feu, constituent le fil conducteur.

 Fidèle au procédé OuBaPien, (l’OuBaPo étant à la bande dessinée ce que l’OuLiPo est à la littérature), Jochen Gerner choisit, comme support pour la réalisation de ses dessins, des documents  imprimés, tels que des cartes postales, des couvertures de livres, et des cartons d’emballage.

 Ainsi, dans la série intitulée “Panorama du feu”, une cinquantaine de fascicules de bandes dessinées des année 50,60,70 compose la base du projet. En travailllant directement sur les couvertures avec de l’encre de Chine, et en insérant en creux des pictogrammes, Jochen Gerner fait apparaître un grand champ de bataille nocturne, zébré de tirs et de déflagrations, comme un écran d’observation d’une salle d’état-major.

 Par ce traitement, il analyse l’esthétique de la bande dessinée de la période de la guerre froide, où la menace d’un conflit était un sujet récurrent des médias d’alors.

 “Panorama du froid” rassemble plusieurs dizaines de cartes postales touristiques des années 60 à nos jours. Par un procédé de recouvrement à l’acrylique Jochen Gerner redessine les formes élémentaires des reliefs et des architectures. Avec des couleurs d’une gamme  polaire, le paysage disparaît au profit d’une glaciation géométrique et de champs d’icebergs.

 Non sans humour, il nous livre également son carnet intitulé “Branchages”, dont il a malicieusement rempli les pages une à une, lors de ses conversations téléphoniques, entre 2002 et 2008.

 Sous un aspect ludique et jubilatoire, l’approche de Jochen Gerner recèle un paradoxe d’une grande efficacité plastique : en intervenant sur les formes initiales, il en révèle l’architecture ; apparemment iconoclaste, il dialogue avec elles jusqu’à la création d’une oeuvre originale. Cette dernière, véritable radioscopie, présente une avancée nouvelle dans la recherche de l’artiste sur la “possibilité infinie de rapports entre l’écrit et l’image”, et sur l’alchimie entre texte et visuel.